La LGV Poitiers-Limoges déclarée d’utilité publique

NdPN : voilà des années que nous dénonçons le projet de ligne à grande vitesse Poitiers-Limoges, socialement et écologiquement nuisible, enterré un jour par une large opposition, pour être ressuscité le lendemain. Certains gouvernants ne sont décidément jamais à court d’acharnement pour signer des partenariats public-privé avec les multinationales du béton. Ces élus sont allés jusqu’à solliciter le fait du prince, en l’occurrence le président de la République lui-même, pour court-circuiter les oppositions. Ils en rêvaient, c’est désormais fait : malgré l’avis négatif du conseil d’Etat et le rapport défavorable de la Cour des comptes (qui juge « son coût devenu non soutenable »), ce grand projet « inutile » (apparemment pas pour tous les portefeuilles) et très contesté vient d’être déclaré d’utilité publique ce samedi et publié au J.O. ce jour même, un jour avant la date limite. C’est sans doute cela, la « démocratie ». Ce qui aurait dû susciter un tollé ne suscite étrangement dans la presse qu’un discret écho. Il faut dire que cette déclaration tombe, miracle du calendrier, alors que les flics occupent tous les lieux publics lourdement armés et que tous les médias repassent en boucle et à saturation l’hymne hypocrite de l’unité républicaine, avec en chefs d’orchestre ces mêmes élus se gargarisant de « démocratie » à chaque phrase. Il y en a qui, au milieu du « recueillement de la nation », ne perdent pas le nord de l’intérêt capitaliste (pardon, « public ») ! Il va manifestement falloir bien plus que des recours juridiques pour renvoyer ce projet dans les cordes, face à des gouvernants apparemment décidés à passer en force, et intensifier la lutte contre ce saccage planifié. ZAD partout.

La LGV Poitiers-Limoges déclarée d’utilité publique

La déclaration d’utilité publique (Décret n° 2015-18 du 10 janvier 2015) concernant la LGV Poitiers-Limoges, entre Iteuil (Vienne) et Le Palais-sur-Vienne (Haute-Vienne), vient d’être publiée au Journal officiel et qualifie d’urgents les travaux nécessaires à la LGV (info France 3). Cela, malgré l’avis négatif rendu par le conseil d’Etat ces dernières semaines. Ce dernier remettait en cause l’utilité publique de cette ligne à grande vitesse insistant sur une mauvaise rentabilité du projet. La LGV verra-t-elle pour autant le jour? Pas évident. Les opposants au projet peuvent à nouveau déposer un recours devant le conseil d’Etat.

Nouvelle République, 11 janvier 2015

Mise à jour 12 janvier :

La LGV Poitiers-Limoges déclarée d’utilité publique… malgré tout

L’avis négatif du Conseil d’État n’a pas empêché la publication samedi au Journal officiel d’une DUP pour la LGV Poitiers-Limoges.

La déclaration d’utilité publique (DUP) concernant la LGV Poitiers-Limoges, entre Iteuil et Le Palais-sur-Vienne (Haute-Vienne), a été publiée le 10 janvier au Journal officiel. Le Premier ministre Manuel Valls et la ministre de l’Écologie Ségolène Royal ont signé ce décret « déclarant d’utilité publique et urgent les travaux nécessaires à la réalisation de la ligne à grande vitesse Poitiers-Limoges ».

Cela, malgré l’avis négatif rendu par le Conseil d’État ces dernières semaines. Ce dernier remettait alors en cause l’utilité publique de cette ligne à grande vitesse insistant sur une mauvaise rentabilité du projet.

«  Juste pour faire plaisir aux caciques du Limousin  »

Un coup de massue pour les opposants dans la Vienne, à l’image de la réaction de Nicolas Bourmeyster, président du collectif Non à la LGV Poitiers-Limoges. « Franchement, c’est une surprise. Je ne pensais pas que le gouvernement aurait l’audace de prononcer cette DUP. Surtout dans les circonstances que connaît notre pays. Qui a envie en ce moment de s’occuper de choses aussi stupides ? »
Pourtant, rien de plus officiel que le Journal officiel… Comment expliquer ce revirement ?
Nicolas Bourmeyster ne décolère pas : « Je ne comprends pas. le Conseil d’État a dit que ce projet n’était pas souhaitable, la Cour des comptes l’estime sans intérêt, on a eu des commissions parlementaires qui ont tiré la sonnette d’alarme… Même la SNCF n’en veut pas ! Et là, par le fait du prince, cette DUP arrive au moment où tout le monde regarde ailleurs. Ils nous parlent du courage des caricaturistes mais eux n’ont aucun courage politique. On est juste en train de faire plaisir à des caciques du Limousin, à quelques semaines des départementales. »
Reste que la DUP est publiée. La LGV verra-t-elle pour autant le jour ? Pas évident. Les opposants au projet peuvent à nouveau déposer un recours devant le Conseil d’État. « Et je ne vois pas le Conseil d’État se contredire… complète l’opposant. Ce qui m’attriste le plus, c’est qu’avec cette DUP, les biens des personnes proches du tracé perdent la moitié de leur valeur ! Parce qu’en attendant la vie continue, les gens ont besoin de déménager, de vendre leur maison… Ça c’est vraiment lamentable. D’autant qu’ils savent très bien qu’ils ne trouveront jamais l’argent pour financer cette LGV. Il faut 2,5 milliards d’euros ! On rêve… »

Delphine Noyon, Nouvelle République, 12 janvier 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.